L’été approche, les demandes ont été faites il y a quelques mois déjà, les témoins ont été nommés et les témouines (nom féminin non-officiel de « témoin », pour ceux qui ne suivent pas) voguent entre les essayages de robes, les choix des centres de table, les crises de la future mariée, les couleurs du faire-part, les animations du mariage en parfaite coordination avec le reste de la team, l’organisation de l’EVJF… Et leurs vies à elle aussi.

Alors comment bien faire votre boulot de wedding planneuse de substitution ? Pour ça, il existe déjà des milliers d’articles qui vous l’expliqueront, sachez juste que pendant les prochains mois à venir Pinterest et Excel seront vos meilleurs amis.

témoin

Mais une question revient plus rarement : de quoi à réellement besoin notre future mariée ?

  1. Rassurez-la dans ses choix :

Tout d’abord dans le choix de son futur mari. Elle va avoir des coups de panique : « Oh mon dieu, je vais coucher avec le même homme toute ma vie », « Non, mais on n’est même pas capable de se mettre d’accord sur la couleur des faire-part, comment veux-tu qu’on choisisse le prénom de nos futurs enfants ? ». Alors évidemment, il faut en tout premier lieu lui expliquer que a priori, un faire-part et un enfant ce n’est pas tout à fait pareil…. Ensuite, donnez-lui un verre de vin ou deux, et faites-la décrocher de tout ça une soirée. Ça rend fous les centres de tables, vous vous rendez pas compte, vous !

  1. Aidez-la à prendre des décisions !

« Oh la la, beige ou coquille d’œuf pour le ruban sur les chaises ? ». Surtout, à ce moment-là ne riez pas et gardez votre sérieux. On est d’accord, tout le monde sans fou comme de l’an 40 des rubans, personne ne les verra. De toute façon, une fois le cocktail passé, tout le monde à un coup dans le nez et ils penseront qu’il y a même deux rubans. Mais pour la future mariée, c’est crucial, alors soyez ferme : « Coquille d’œuf, pardi, le beige, c’est So 2016 ». Problème réglé.

  1. Le jour J, être sur tous les fronts.

témoin

La mariée sera en stress total. Vous devrez à la fois la rassurer, rester calme et souriante et lui éviter tout soucis supplémentaire. Pour cela :

  • Vous devez connaître sur le bout des doigts le déroulé des événements,
  • Avoir identifié les potentielles catastrophes ainsi que les éventuelles apparitions de certains invités : l’oncle soûl ET raciste, le cousin aux blagues grivoises, l’allumeuse de service etc.,
  • Toujours avoir sous la main, le numéro de tous les prestataires,
  • Ainsi qu’un chauffeur (le cousin aux blagues grasses est en général assez serviable),
  • Et le kit de survie : des épingles à cheveux, des épingles à nourrice et un correcteur de teint. 

Bref, la mariée doit savoir qu’elle peut compter sur vous, pendant qu’elle vit SON moment.

Être une parfaite témouine, c’est beaucoup d’investissement personnel, du temps de l’énergie, de l’argent, et c’est aussi faire parfois passer ses priorités après celle de votre amie. Mais c’est surtout être aux premières loges à chaque larme de bonheur. Et ça… Ça vaut tout l’or du monde.

Et vous, avez-vous déjà eu le rôle de témoin de mariage ?

Enregistrer

Enregistrer